Philippe Sandrin, président de TIB

Philippe Sandrin, président de TIB

Installée à Brezolles, l’entreprise TIB fabrique des ambulances et des véhicules d’intervention pour les services de secours et les collectivités territoriales. Entreprise unique en France, ses 102 salariés sont tous issus du bassin de Brezolles. Entretien avec Philippe Sandrin, son président.

Pouvez-vous vous présenter et présenter l’activité de votre entreprise ?

J’ai acheté l’entreprise TIB en 2004 à deux associés qui à l’époque, en 2004, généraient 3,5 million d’euros de Chiffre d’Affaires. Aujourd’hui, le Chiffre d’Affaires de l’entreprise est de 13,5 millions d’euros. La société TIB a deux activités : l’activité « sanitaire » qui représente 65 à 70 % du C.A et l’activité « spécifique », qui représente près de 35% du C.A. L’entreprise se développe avec des partenaires historiques tels que la SNCF, les hôpitaux de Paris ou les SDIS. Nous avons également un partenariat avec Eurofeu depuis 10 ans.

 

En quoi consiste votre métier ?

Nous sommes carrossier constructeur, c’est-à-dire que nous fabriquons des ambulances et des véhicules d’intervention pour les services de secours.

 

Qui fait appel à vos services ? Quelles solutions leur proposez-vous ?

 Principalement les collectivités territoriales, les SDIS, les pompiers, les hôpitaux, mais aussi certains ambulanciers privés ou encore la SNCF. Nous leur proposons des véhicules réalisés sur mesure, en fonction de cahiers des charges propre à chaque client.

 

Etes-vous soumis à des contrôles ou à des certifications ou des agréments ?

Le domaine de l’ambulance est très contrôlé. Nos véhicules doivent répondre aux normes de l’UTAC et de l’AFNOR qui effectuent des contrôles annuels. Tous nos véhicules sont homologués. Sans cela, nous ne pourrions pas les faire immatriculer.

 

La fabrication de vos véhicules est-elle standardisée ?

A l’origine, non. Cependant, depuis quelques années, les ambulances ont tendance à se standardiser. Nous ne produisons plus que 4 ou 5 modèles différents désormais.

 

Qui sont vos principaux concurrents ?

En France nous sommes les seuls fabricants de cellules sanitaires. Notre principal concurrent est un fabricant allemand qui a pris des parts de marché il y a quelques années. Mais petit à petit, on reprend du terrain, parce que le client français souhaite de plus en plus acheter français.

 

Pourquoi vous êtes-vous installé sur le territoire de l’agglo ?

Quand j’ai reprise l’entreprise, elle était déjà à Brezolles. Compte tenu du bassin d’emploi qu’il y a ici et de notre manière de fonctionner, ça me va très bien.

 

Comment recrutez-vous ?

Nous recrutons des gens des environs. Les employés sont majoritairement masculins, mais depuis 3 / 4 ans, nous recrutons de plus en plus de femmes. Petit à petit, nous arrivons à la parité. Les matériaux servant à la fabrication de nos véhicules s’étant grandement allégés, le métier s’est ouvert au public féminin. Tous les employés sont formés en interne.

 

Quelle est votre croissance ?

Quand nous avons démarré en 2004, notre Chiffre d’Affaires était de 3,5 millions d’euros et aujourd’hui nous sommes à 13,5 millions. Notre croissance tourne actuellement autour de 10 % par an.

 

Quelles évolutions envisagez-vous ?

On aime faire ce que les autres ne veulent pas faire, on aime prendre des risques et avancer. C’est pourquoi nous nous lançons dans la fabrication d’une ambulance électrique.

 

Quelles sont vos ambitions ?

 On s’est lancé sur une nouvelle gamme de produits sur une base de véhicule Renault. Demain nous investirons dans un châssis qui fera une nouvelle génération d’ambulances.

 

Pour entrer en contact avec la société TIB, merci de vous adresser au service Développement Economique au 02 37 64 82 00

twitter ink viadeo facebook youtube