Laurent Berthuel, Directeur Général de Printerre

Laurent Berthuel, Directeur Général de Printerre

Créée en 2007, l’entreprise Printerre ea reconditionne les imprimantes et les consommables et embauche 80 % de travailleurs handicapés. Entretien avec Laurent Berthuel, son directeur général.

Pourquoi cette activité de recyclage ?
Depuis la création de la société, on a toujours été engagé dans le reconditionnement et dans les valeurs écologiques. Notre toute première activité était le reconditionnement d’imprimantes qui était déjà axée sur le fait de redonner une nouvelle vie à des éléments électroniques.

Est-ce un choix stratégique ou une vraie philosophie de vie ?
On est ce qu’on appelle une « entreprise adaptée ». On a l’habitude de dire qu’on est une réponse économique à un problème sociétal. Et notre valeur ajoutée, c’est de savoir lui donner une réponse économique.

Quelles solutions proposez-vous aux entreprises ?
On propose à la fois des imprimantes et surtout les toners. On est aujourd’hui le seul acteur à proposer une solution allant de la collecte chez le client jusqu’au reconditionnement final et jusqu’à la revente du produit fini une fois reconditionné.

Comment fonctionne votre boucle de recyclage ? Dans les entreprises ? Chez vous ?
D’abord nous déposons chez les clients une borne de collecte. Ensuite nous allons la ramasser, entièrement à nos frais et nous allons effectuer son tri dans notre entrepôt. Dans ce tri nous allons séparer les toners auxquels on va pouvoir donner une nouvelle vie, des toners qui vont avoir comme deuxième vie une destruction pour revalorisation matière première.
Il faut savoir qu’il y a des toners que l’on peut reconditionner et d’autres que l’on ne peut pas reconditionner. On vient récemment d’ouvrir un site qui est dédié à cette activité et dans lequel on va donner au toner une nouvelle vie en le transformant en une nouvelle matière première non reconditionnable. Pour les toners auxquels on va pouvoir donner une nouvelle vie, on va les apporter dans notre entrepôt, et on va entièrement démonter ces cartouches, changer toutes les pièces d’usure de la cartouche afin d’en faire un produit neuf revendable. Une fois que ce produit est fini, on peut le tester. Chaque produit est testé un par un sur l’imprimante et on va le stocker et pouvoir le revendre au client.

Êtes-vous soumis à des contrôles ou à des normes ?
On vient récemment d’être certifié au niveau de deux normes, qui sont la norme ISO 9001 et la norme ISO 14001. La norme ISO 9001 pour nos process et la norme ISO 14001 qui va valider notre engagement environnemental. Nous venons également de déposer auprès de l’AFNOR notre dossier de certification pour la norme environnement NF 35.

Quels sont les avantages du « made in France » ? Pour vous ? Pour les entreprises ?
L’avantage de faire du made in France aujourd’hui, c’est de pouvoir proposer, dans le cadre d’un produit reconditionné, un produit qui va être fait très localement et donc avec un impact carbone extrêmement réduit.

L’autre avantage qui nous a conduit à fabriquer nos propres produits, c’est de nous assurer d’avoir une traçabilité qualitative totale sur les produits que l’on fabrique.

Vous employez plus de 80% de travailleurs handicapés. Quelles ont été les difficultés que vous avez dû surmonter ? Quels en sont les avantages ?
La première difficulté en entreprise adaptée, c’est tout d’abord le recrutement. On est pour ça épaulé par plusieurs services de l’agglomération qui nous aide dans le recrutement, afin de trouver des profils qui ont ce qu’on appelle la RQTH, la Reconnaissance en Qualité de Travailleur Handicapé. On met en place un système d’embauche qui nous permet d’’adapter les postes de travail aux différents handicaps qu’on va rencontrer, d’où le nom de l’entreprise « ea ».

Quelles attentions apportez-vous à vos employés ?
On essaie d’apporter systématiquement une attention particulière au handicap qui est détecté chez le salarié. Pour certaines personnes qui ne peuvent pas travailler debout, ça va être la fourniture d’un siège assis-debout, des outils un peu plus légers, des tables montantes pour les personnes qui ne sont pas autorisées à faire du port de charges… ça va être tout un tas de petites améliorations qui vont les aider dans leur quotidien et leur permettre d’être plus efficaces dans leur travail.

Pourquoi vous être installé sur le site de La Radio ?
La Radio est un site d’une qualité exceptionnelle, à la fois gardé avec des bâtiments qui ont été entièrement reconditionnés, d’une qualité vraiment haute de gamme. Cela nous a permis de lancer notre activité de manière sereine et de pouvoir montrer aux clients que l’on a envie de faire les choses bien sur le long terme.

Quelle est votre croissance ?
Aujourd’hui, l’entreprise Printerre ea a une croissance dynamique, puisque cette année on a encore une croissance de +25%. Depuis le début de l’entreprise, la croissance a été de 30 / 35% par an. Donc on est sur une activité qui se porte bien et qui continue à croître. On est toujours à la recherche de nouveaux marchés, on essaie de montrer notre dynamisme, on essaie d’avoir toujours de nouvelles idées à proposer sur le marché pour continuer et devenir une entreprise leader dans son cœur de métier.

Quelles évolutions envisagez-vous ?
La première innovation que nous allons mettre en place cette année, c’est l’ouverture d’un centre de tri et de revalorisation matière. Cette première innovation fait aujourd’hui de nous le seul acteur français qui possède à la fois un centre de remanufacturation mais également un centre de tri, de collecte et une usine de revalorisation matière qui nous permet de redonner une deuxième vie, même à des produits, qui normalement n’en n’ont pas et qui finiraient autrement en enfouissement ou en incinération.

Pour entrer en contact avec la société Printerre, merci de vous adresser au service Développement Economique au 02 37 64 82 00

twitter ink viadeo facebook youtube