Solen donne vie à nos envies de recyclage

Solen donne vie à nos envies de recyclage

Installée à Tremblay-les-Villages, l’entreprise Solen se donne pour ambition de faire évoluer et dynamiser la valorisation de nos déchets. Comment ? En fabricant des machines de recyclage de plus en plus innovantes. Rencontre avec Olivier Loiseau, Directeur Général.

Créée en 1994 près de Melun, l’entreprise Solen avait pour première activité le conseil dans le domaine du déchet. En 2007, lorsqu’Olivier Loiseau installe l’entreprise dans l’Agglo, l’activité change. Désormais, Solen fabrique et distribue du matériel de compactage de déchets. L’objectif de l’entreprise est de recycler un maximum de déchets en proposant une gamme de machines la plus large possible. Le conseil à la clientèle a également son importance car il permet de proposer un matériel adapté.

La clientèle d’Olivier Loiseau est avant tout composée des grands récupérateurs de déchets comme Veolia ou SUEZ. Vient ensuite la grande distribution, équipée de compacteurs à cartons et à plastiques souples. Solen compte également l’Agglo parmi ses clients, grâce au compacteur du marché couvert de Dreux. Des solutions pour les déchetteries et les centres de tri sont également proposées. «  Il nous arrive parfois d’avoir de plus gros clients comme Bombardier, Renault ou John Deere », ajoute Olivier Loiseau.

solen-compacteur-poste-fixe-solen-1500-colas
Compacteur poste fixe

Solen est présente dans toute la France. Une équipe commerciale couvre le territoire, une équipe de techniciens entretient le matériel et une troisième équipe dédiée au service après-vente est mobile grâce à des camions ateliers.

Bien qu’elle ne soit pas seule sur le marché du recyclage, l’entreprise Solen offre une gamme de produits diversifiée. « En France, nous avons 4 ou 5 concurrents. Cependant, nous disposons de la gamme de matériel la plus large. Nous avons également développé un système de transfert d’information unique entre les compacteurs. De fait, ils sont capables de communiquer entre eux. Ainsi nous obtenons des informations sur la pesée, sur qui met quoi dans les compacteurs. C’est ce que l’on appelle le M to M : Machine to Machine. Ce système est encore un peu basique mais nous travaillons à le développer », explique Olivier Loiseau.

solen-compacteur-monobloc
Compacteur monobloc

Le chiffre d’affaires de l’entreprise, en très forte progression, est passé de 9,5 à 11,7 millions d’euros entre 2015 et 2016. L’entreprise embauche 62 salariés, 32 en France et 30 dans son atelier de fabrication au Portugal. À l’avenir, Olivier Loiseau projette de fabriquer sur le sol français et de développer le reconditionnement de ses machines pour leur donner une seconde vie.

Consulter le site de l’entreprise.

twitter ink viadeo facebook youtube